David Hey Ho

Mots, textes, interviews et vidéos

Le petit canari

Le petit canari ne chante plus. Ça fait un bail qu'il n'a pas vu le soleil, le vrai, celui qui fait plisser les yeux. Grand-mère ne bouge plus de son fauteuil. Elle regarde la télé. Pour passer le temps, le petit canari sur son perchoir aussi. 

Depuis que le gros chat est parti, c'est son seul passe-temps. Le canari baille, comme en Indochine. Il s'ennuie. Avant, c'était seulement quand il regardait jouer le FC Nantes. Le Brésil aussi. Ces derniers temps, c'est pire. Ce qui le sort de sa cage, lui donne son envol, l'emmène rebondir sur de petits nuages duveteux c'est l'autre, celui qui complémente, celui qui ne lui ressemble pas, faute de quoi il s'emmerde. Il ne comprend pas les inséparables. Comment peut-on rester toute la vie avec son double comme seul compagnon  ? On ne peut être riche que de la différence des autres, que dans la bigarrure du plumeau d'en face. Sinon on ne discute plus, on paraphrase. On n'évolue plus, on assoit ses certitudes. On ne grandit plus, on régresse. On devient consanguin de la tête, les idées pourrissent, brunissent, se racornissent. Il n'est pas intelligent le petit canari, linotte de la tête, mais ça, il le sait, il en est sûr. C'est sa seule vérité. Il donnerait cher pour ne serait-ce qu'entrevoir un rouge-gorge, une mésange bleue, un pic vert. Il fait contre mauvaise fortune bon cœur. Sa grève, c'est son silence. Fini de jouer les rossignols. De toute façon, il n'en a plus la force. Juste celle d'accepter l'hypnose cathodique d'un écran aux couleurs de sa plume. Ça bouge, ça crie, ça piaille en jaune. Il ouvre un large bec, laisse tomber sa joie. Le petit canari est triste. Il se demande pourquoi tous ces titis parisiens se font estropier, qui plus qu'une aile, qui plus qu'un œil. Pendant que leur bec, lui, continue de chanter l'envie d'espace, de vers à foison, d'avenir pour les oisillons, de nids, de branches, de vent ascensionnel. Il n'a pas l'énergie d'être avec ses semblables. Aux temps sylvestres, il savait crocheter la serrure de son fin bec. Il devrait être avec eux. Il sent ça. Grand-mère aussi sent. Comme il sent de plus en plus ses petits os sous le duvet. Depuis combien de temps n'a-t-il pas avalé de graine.

Grand-mère est morte, de faim ou de lassitude. La pension ne suffisait plus. Le gros minet s'est fait lapider pour la seule raison qu'il était noir. Ça ne lui a pas porté bonheur. Avant d'expulser son dernier souffle, le petit canari se demande si le greffier sera de la partie. Avec un casque, un bouclier, une complémentarité. Il se demande si, là-haut aussi, les enfants rient de ses péripéties. Il s'envole au ciel, vers le soleil qui lui manque tant, jaune pourtant. That's all Folks !